Son histoire

Le judo, la voie de la souplesse

En observant les branches chargées de neige et voyant les plus grosses casser sous le poids de l’agresseur naturel et les plus souples s’en débarrasser en pliant, un moine japonais fit le constat suivant : le souple peut vaincre le fort. S’inspirant de cette observation et des techniques de combat des samouraïs, Jigoro KANO posa en 1882 les principes fondateurs d’une nouvelle discipline : le JUDO, littéralement « voie de la souplesse ».

Il désirait faire du jujitsu un « sport martial » pour l’entraînement de la jeunesse, « le but du judo est de comprendre et de démontrer rapidement les lois vivantes du mouvement ». A cet effet, Jigoro Kano codifia un certain nombre de mouvements du corps, des bras et des jambes utilisés dans le jujitsu et qui s’étaient révélés très efficaces dans les combats au corps à corps, debout ou au sol. Ces mouvements visent à déséquilibrer (kuzushi) l’adversaire, à l’immobiliser, voire à le neutraliser.

Meilleur sport formateur selon l’UNESCO*, le JUDO est devenu un sport de référence pour la jeunesse, un sport olympique, un sport de défense… qui, pratiqué assidument, développe des qualités corporelles et mentales exceptionnelles.

La Fédération française de judo, créée en 1947, regroupait 580 000 licenciés en 2010 soit la 4ème fédération sportive Française.

La France est, après le Japon, l’un des pays du monde où le judo s’est le plus développé, et les Français obtiennent de bons résultats dans les compétitions internationales.

 

Les champions olympiques Français sont : 

    ● FEMMES :

        ◦ Catherine Fleury en 1992

        ◦ Cécile Nowak en 1992

        ◦ Marie-Claire Restoux en 1996

        ◦ Séverine Vandenhende en 2000

        ◦ Lucie Decosse en 2012

     ● HOMMES :

        ◦ Angelo Parisi en 1980

        ◦ Thierry Rey en 1980

        ◦ Marc Alexandre en 1988

        ◦ Djamel Bouras en 1996

        ◦ David Douillet en 1996 et 2000

        ◦ Teddy Riner en 2012

 

*  » L’enfant, par une pratique assidue du Judo, développe sa force, sa rapidité, sa souplesse, sa coordination, ses réflexes, sa concentration, son équilibre, sa résistance, sa personnalité, la confiance en soi et la connaissance de son propre corps.

En raison des situations qui changent constamment, dans la pratique du Judo, l’enfant est obligé de stimuler sa «réflexion tactique».

Le Judo n’encourage pas l’agressivité ; à travers sa relation avec ses camarades, l’enfant apprend à coopérer, à respecter et à développer la maîtrise de soi.

Le Judo se pratique sans coups et sans coups de pied dans sa phase initiale, ce qui est plus sûr pour les enfants quand ils commencent la pratique d’un art martial.

Même s’il s’agit d’un art martial à l’origine, le Judo transmet dans sa pratique une certaine culture et des traditions comme le respect, la discipline, l’équilibre émotionnel, et il introduit bien d’autres valeurs dans les habitudes quotidiennes des enfants. »